5 minutes autour d’une œuvre parisienne

Le tombeau de Colbert à Saint Eustache

Aujourd’hui « 5 minutes pour admirer un tombeau » celui de monsieur Colbert, ministre tout puissant de Louis XIV décédé en septembre 1683. Pourquoi un article autour de la sculpture et autour d’un tombeau me direz-vous ? les bonnes raisons ne manquent pas : les éléments sculptés sont omniprésents (cariatides, bas-reliefs, mascarons, etc.) dans les rues de Paris mais on n’y prend généralement pas garde sauf d’une manière bien inconsciente… mais aujourd’hui nous nous intéressons à cet ensemble car cette œuvre est belle !

Projet pour un grand commis de l’Etat

Décédé prématurément à 64 ans de coliques néphrétiques, Jean-Baptiste Colbert quittait le monde terrestre bien avant d’avoir préparé sa « sortie » en détail. Son épouse, Marie Charron, fait appel, deux ans plus tard, à la fine fleur des artistes de l’époque (mm. le Brun et Anthoine Coyseveau notamment) pour édifier un tombeau et mausolée dans une chapelle de l’église où son mari avait été enterré (nuitamment, dit-on, afin d’éviter les manifestations d’hostilité populaire, car l’administration rigoureuse de Colbert avait fait bien des mécontents).

Les Colbert avaient cependant, même s’il n’y avait pas de tombeau prêt à accueillir Jean-Baptiste, acquis (en 1658) une chapelle dans cette église pour y placer un monument funéraire. Prévoyants, mais pris par le temps, le projet de tombeau ne fut finalement installé dans son écrin qu’en 1688.

Pour en finir voici le « programme » qui fut choisi pour le tombeau auquel nous nous intéressons aujourd’hui : le défunt priant avec devant lui un ange (aujourd’hui disparu) qui lui présente un livre ouvert. Sous les genoux du priant le « tombeau » lui-même et, plus bas, deux figures allégoriques féminines : la Piété à droite (avec en ses mains une corne d’abondance) et à gauche la Fidélité éplorée. On retrouvera, ci-dessous, un dessin de cet ensemble dans une vue contemporaine de la mise en place de ces éléments par Louis Boudan.

Copyright BNF – cabinet des estampes

Comme on peut le constater, nous sommes ici face à un ensemble tout à fait cohérent et complexe qui n’est plus aujourd’hui tout à fait le même : le tombeau ne se trouve plus dans sa chapelle initiale, l’ange a disparu. Il n’en reste pas moins que cet ensemble est tout à fait remarquable et qu’il est impressionnant de voir ces tissus, ces fleurs et ces personnages taillés avec une telle beauté dans le marbre.

Sources

  • Mazel, Claire ; La mort et l’éclat – Monuments funéraires parisiens du Grand Siècle ; PUR, Rennes.
  • Article wikipedia relatif à Colbert
  • Dessin : Louis Boudan Tombeau de Jean-Baptiste Colbert dans l’église Saint-Eustache de Paris, Paris : BNF (Département des Estampes et de la photographie)
  • Photos de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.