Exposition Eli Lotar // photographe total de la 1re moitié du XXe siècle

Jusqu’au 28 mai 2017

 

Comme souvent, le Jeu de Paume a orchestré une exposition impeccable de celles qui laissent de profonds souvenirs et mettent en jeu le cœur et l’esprit dans un même mouvement… Cette exposition, dédiée à Eli Lotar, parcourt toute la première moitié du XXe siècle et particulièrement l’entre-deux-guerres. Intérêt historique certain mais pas seulement car Eli Lotar a participé à bien plus d’expérimentations et de recherches photos… à un moment ou les photographes n’étaient pas encore dépressifs et sous calmants. Car cette exposition est enthousiasmante. Elle est enthousiasmante car on y sent presque partout l’enchantement de prendre des photos, l’attrait d’un médium qui est encore jeune et avec lequel on fait de grandes choses, le désir de créer. Les raisons de se rendre au Jeu de Paume sont donc nombreuses, alors ne tardez plus car le 28 mai toutes les photos seront décrochées !

 

 

Photographe total ?

Comme on le constate en parcourant les salles du musée, Lotar s’est rendu partout en photo. Il a fait de la publicité, des photos de voyage, du photoreportage et même du cinéma.

Partout où se porte le regard Eli Lotar s’est déplacé avec son appareil et cela donne un témoignage riche et émouvant de ces années troublées. Présent en Espagne juste avant le déclenchement de la guerre civile, dans les coulisses du Paris festif des années 20, avec les surréalistes et leurs montages photo, rien n’échappe à son viseur.

Mais cette exposition ne reste pas uniquement le témoignage d’une époque qui nous est proche et lointaine dans le même temps car elle est toujours marquée par un œil et un esthétisme propres à Lotar. Ces photos sont en effet empreintes d’une recherche visuelle forte, qu’il s’agisse de déplacer l’appareil photo de sa place habituelle ou de photographier ce que l’on ne prend généralement pas en image.

Photographe total donc ? engagé politiquement, esthète, voyageur, témoin, photographe de presse… à vous de juger.

 

Conseil pour cette visite

Venir les vendredis au moment du déjeuner car à ce moment il n’y aura que vous et les employés du musée.

3 éléments marquant d’une visite  

  • La photo prise au niveau de pieds de visiteurs de la Foire de Paris en 1928,
  • L’image en plongée vers les chapeaux des passants lisboètes avec au premier plan une enseigne en forme d’ampoule électrique,
  • Le film Aubervilliers qu’il réalise avec Prévert et Kosma datant de 1946 et qui nous donne à voir les conditions de vie de l’après-guerre chez les plus pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.