Musée Jacquemart André // la vie de la haute bourgeoisie en « téléréalité »

Si vous avez soif de culture dans le calme ce sera le lundi soir (jusqu’à 20h30)

Les raisons d’y aller

  • Voir un lieu témoignant de la vie menée par la haute bourgeoisie sous le Second Empire et la 3e république,
  • Admirer des collections éclectiques et surprenantes
    • Plafond à caissons vénitien,
    • La fresque de Tiepolo
    • Du mobilier XVIIIe siècle
    • Des milliers d’autres détails
  • On y est au calme le lundi soir
  • Les expos temporaires de bonne tenue, pas trop longues ce qui est bien pour demeurer concentré et attentif
  • Les infos pratiques du musée sont accessibles en cliquant ici

 

1

 

Un musée ? non ! un hôtel particulier

Les raisons de venir visiter un musée ne manquent jamais, mais celui-ci, remarquable à bien des égards, mérite d’être particulièrement signalé. C’est donc par un soir pluvieux d’octobre, en nocturne, que nous nous sommes rendus avec Romain dans cet imposant hôtel particulier. Car il s’agit ici avant tout d’une maison qui fut, par la suite transformée en musée. Maison plutôt hors normes, vous en jugerez vous-mêmes, par son faste et son organisation, mais maison tout de même. Qui plus est, une grande partie, des pièces de l’hôtel sont demeurées inchangées et c’est pourquoi, l’on peut facilement imaginer les propriétaires nous y accueillant, nous plongeant tout à coup dans une émission de téléréalité sous le second empire, immergés dans la haute société bourgeoise triomphante.

Car il faut se rappeler que cet édifice, construit pour le compte d’Edouard André, l’une des plus grosses fortunes de la seconde moitié du XIXe siècle, proche de Napoléon III, issu d’une dynastie de banquiers protestants originaire de Nîmes devait leur offrir une demeure à la hauteur de leur rang et d’abriter leurs collections. Je dis leur, car marié à la portraitiste Nélie Jacqumart au début des années 1870 ils partageront une passion commune pour les collections d’art.

2

Il s’agit bien de ces 2 orientations que vous pourrez distinguer dans ce bâtiment. Les œuvres rassemblées, dont certaines célébrissimes, valent vraiment le détour, l’accrochage et l’aménagement des pièces plus encore. On devine en effet aisément les habitants du lieu en parcourant les chambres de Nélie ou Edouard, la salle à manger ou le fumoir dont l’esprit semble sortir, intact des années fastes du second empire.

Pour en finir avec cette introduction sommaire, je rappellerai quelques éléments géographiques qui resitueront la place dudit hôtel. Niché Boulevard Haussmann, sans doute l’un des axes les plus emblématiques des travaux entrepris à Paris au cours de la 2e moitié du XIXe siècle, le terrain avait été acquis à prix d’or par Edouard André afin d’édifier un immeuble où il se trouverait parmi ses pairs. Quartier en vogue pour la haute société parisienne comme en témoignent l’hôtel Salomon de Rothschild ou les aménagements de logements « haut de gamme » autour du parc Monceau et enfin les Champs qui s’édifiaient à vive allure. On reliera avec profit, pour se remémorer le faste de ce quartier les pages de Dumas dans Le comte de Monte Cristo où les affairistes, les parvenus, et les héritiers logent dans de beaux immeubles d’un tel quartier.

3

 

En ce moment Rembrandt intime (jusqu’au 23 janvier 2016)

Depuis septembre et jusqu’en janvier vous pouvez admirer une exposition Rembrandt dans les murs du musée Jacquemart André. Composé de quelques pièces de taille modeste, 8 au total, l’espace d’exposition temporaire est idéal pour une petite exposition. Il faudra tout de même se garder des moments d’affluence durant lesquels on ne doit pas voir grand-chose aux œuvres car le lieu n’est pas immense.

En ce qui concerne l’exposition actuelle on aura beaucoup de profit à voir tour à tour des dessins, des gravures et eaux-fortes sans oublier de superbes huiles dont certaines appartiennent au musée. Une belle exposition donc, modeste par le nombre de pièces accrochées, mais tout à fait digne d’intérêt et révélatrice du parcours de l’artiste hollandais maître de la lumière.

4

Sources :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.